gratisography-384H

Retour

Ça bouge dans les espaces de Coworking ! Be Square ne serait-il pas finalement un Tiers-lieu ?

10 décembre 2018 - Posté par sophie

Un espace hybride entre le centre d’affaires et l’espace de coworking.

Chez Be Square, nous avons toujours eu des soucis de terminologie …

Centre d’affaires : nous proposons tous les services professionnels type assistante de direction partagée, permanance téléphonique, domiciliation, …

Espace de coworking : nous avons la volonté d’échanger et de partager entre les usagers du lieux.

Nous avions pensé régler le souci en indiquant « espace de travail partagé ». Le terme est pourtant très réducteur par rapport à ce qui s’y passe vraiment.

Plus lieu qu’espace. Un lieu parce qu’il est habité de personnes qui le façonne à leur image.

L’État étudie la vague du Coworking.

En Juin 2018, je participe à une table ronde avec mon collègue de la Maison d’Alfred, Monsieur le Maire de Roubaix et Patrick Lévy-Waitz, président de la Fondation Travailler Autrement. Ce dernier a été diligenté par l’État pour mener une étude de six mois sur le coworking en France.

Le rapport «  Mission Coworking : Faire ensemble pour mieux vivre ensemble » est disponible ici . Ce qui qui en ressort  est une révélation sur mon activité. Je me rends compte de l’ampleur de la vague « Coworking » et de ses multi-facettes. Et finalement, je prends en pleine face l’impact que mon lieu a sur son territoire. Loin d’être, comme je le pense une initiative purement entrepreneuriale, il s’agit d’un projet avec un impact sociétal sur son territoire.

Un mouvement de tiers-lieux plus que d’espaces de coworking.

En effet, l’aspect « coworking » ou travailler ensemble ne semble être qu’une des facettesde ces nouveaux espaces.Les trois caractéristiques de ces tiers-lieux sont :

1 – La communauté : un ensemble de personnes avec un lien d’appartenance,

2 – Le faire-ensemble : des espaces de rencontre entre des gens qui ne se seraient pas  rencontrés par ailleurs

3 – La mixité : d’activité et de parcours.

Ces trois éléments correspondent exactement à Be Square. Le sentiment d’appartenance au lieu est remarquable. Louis, permaculteur, n’aurait jamais rencontré Nathanaël, expert-comptable. Idem pour Damien qui bosse avec Lise pour monter des ateliers collaboratifs sur tous les domaines se rapportant à la communication. De 21 à 72 ans, sans le bac à des doubles MBA internationaux, tous les métiers et plusieurs personnes par métier, en costard cravate ou en baggy, de la Tesla au vieux T4 pourri. Chez Be Square, tout le monde est bienvenu. On pourrait même dire plus on est différent, plus on est forts ensemble et plus on aime. Alors, effectivement, à la lecture du rapport, je me suis dit que de toute évidence, Be Square était un tiers-lieux.

Un tiers-lieux avec comme point de départ l’offre immobilière qui s’est mué au fil des ans en un lieu du travailler ensemble.

Ce point de départ, c’était comme une assurance de la viabilité du projet. Chacun des trois associés était par ailleurs indépendant dans un autre domaine à la base. Notre volonté était de créer un lieu dans lequel nous aurions plaisir à travailler et à développer le plus sereinement possible notre business.

Alors, effectivement, nous avons dit les gros mots : »entreprise » et « entrepreneurs ». Nous avons créé une entreprise qui a pour mission des mettre les entrepreneurs dans les meilleurs conditions pour développer leur business . Nous ne sommes pas une association, nous aurions pu nous en même plein les poches, cela n’a jamais été l’état d’esprit. En gros, nous n’avions pas comme ambition de devenir les rois du pétrole. La volonté était de monter un projet qui avait du sens : réhabiliter un ancien bâtiment et promouvoir l’entrepreneuriatnouveau format. Vous savez les entrepreneurs oubliés d’Euratechnologies, la Plaine Images ou Blanchemaille : ceux – là même qui n’avaient pas comme ambition de devenir les rois du pétrole ou de taper sur un gong pour une levée de fonds avant même d’avoir généré le premier euro de chiffre d’affaires.

Une nouvelle dynamique pointe le bout de son nom : développer son territoire.

Dès le début, nous avions déjà pressenti une envie de défendre notre territoire. Déjà en 2015, j’écrivais un article sur « entreprendre à Roubaix » où j’énonçais toutes les bonnes raisons qu’il y avait à entreprendre à Roubaix (envie de le lire? C’est par ici que cela se passe. Tous les ans, nous participons à la Nuit des Arts, comme une envie d’aider des artistes et aussi de contribuer à un événement où Roubaix montre toute sa spécificité. Depuis cette année, avec une poignée d’entrepreneurs roubaisiens, nous avons l’ambition de faire découvrir et d’explorer toutes les initiatives incroyables dont fait preuve Roubaix.

Be Square doit définitivement se classer dans la catégorie Tiers-Lieux.

Parce que ses résidents collaborent, répondent ensemble à des appels d’offre, créent de nouvelles offres ensembles.Parce que nous sommes tous persuadés qu’ensemble on est plus forts,Parce que nous développons ensemble une économie de la réciprocité et du troc,Parce que nous n’hésitons pas à innover, comme on se lance le pari fou de faire de la permaculture en intérieur et en plein centre-ville,Parce que le collectif s’implique dans une démarche Zéro Déchets,Parce que nous avons créé un lieu ouvert sur l’extérieur qui accueille des conférences gratuites donnant de la valeur ajouté au territoire

Terminé l’ « espace de travail partagé « , bienvenu « tiers-lieux d’entrepreneurs ». Il ne reste plus maintenant qu’à explorer les futurs de cette nouvelle prise de conscience.

Place à l’aventure maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour